Partages et interactions

Partages et interactions

Résumé de l'épisode précédent (22 au 28 avril 2013)

54 appréciations
Hors-ligne


L’individuation dans les contes de fées

Introduction à l’étude
C’est ici que vous apprendrez le conte de votre vie, celui de notre vie .
Quel jeu de piste bizarre nous a réuni ?
Où, quand, qui, comment, pourquoi ?.. En deça des apparences et des circonstances se cache la vérité entière de l’humanité et tous les enjeux d’une vie .
Dans cette histoire on va découvrir des personnages sans âge et sans noms vivant à une époque indéterminée dans un pays aux frontières inconnues !
Les événements du conte vont peu à peu dessiner , comme dans la vraie vie, les véritables caractères des personnages dont les destinées interfèrent les unes avec les autres.
*
***
On pourrait ré-écrire un conte avec des personnages de notre époque, l’adapter aux changements de la société et des mentalités, mais dans le fond rien n’a changé, rien de nouveau sous le soleil . Un conte évolue dans sa forme en migrant car il subit l'influence de différentes cultures. Ce n'est qu'un ajustage à la sensibilité et au mode d'expression des autochtones. Cependant son sens profond reste le même .
Le cadre de ce conte évoque un rêve éveillé ou un songe .
Il y a dans ce conte une ambiance très austère où se mêlent des valeurs et des croyances très fortes, les notions de pauvreté et de richesse se côtoient rendant l’existence des êtres les plus fragilisés très incertaine..Tous les ingrédients y sont pour nous faire vibrer : un noble, un domestique, une femme fragile et seule, la guerre, la méchanceté, des braves gens, un côté magique (l’étoiles sur le front des enfants) etc.. Ce conte peut aussi inspirer l'odeur d'une dramaturgie ou règnent le romanesque et l'absurde, assez déphasant parfois. Il nous bouscule.
A travers les péripéties du conte il sera également question de résoudre des énigmes, de chercher ensemble ce qui se passe. Nous sommes amenés à comprendre, étudier et saisir le sens des symboles, à prendre pleinement conscience des archétypes de la psyché humaine universelle.
M-L V. Franz dit que l’étude des archétypes et des symboles nous conduit à une meilleure connaissance de qui nous sommes.
Les archétypes sont des images parfois archaïques et universelles qui apparaissent dans les rêves, les croyances religieuses, les mythes et les contes. Ces images existent dans une partie profonde de l’inconscient.

Jung distingue une couche dite superficielle de l’inconscient qu’il appelle « inconscient personnel » et une « couche plus profonde qui ne provient pas d’expériences ou d’acquisitions personnelles mais qui est innée ». Cet inconscient a des contenus et des modes de comportement qui sont les mêmes partout et chez tous les individus. Jung dit que cet inconscient « est identique à lui-même chez tous les hommes et constitue un fondement psychique universel » . Au sens junguien du mot, l'archétype qui caractérise l'inconscient collectif se rattacherait à la notion de groupe, comme d'une identité structurelle psychique inconsciente.

Selon la définition de Jung le « moi » correspond à la personnalité (égo), tandis que le « Soi » correspond à une totalité psychique qui donnerait une idée de l’âme. Le « Soi » possède une dimension universelle. Le soi est non seulement le centre mais aussi la circonférence complète qui embrasse à la fois le conscient et l'inconscient. Il est également le but de la vie, l'expression la plus complète de ces combinaisons du destin que l'on appelle un individu. Par opposition au « moi » qui est le centre de la conscience.
La voie qui même à une évolution intérieure, est une expérience vitale entre conscient et inconscient. Jung a donné le nom de "Soi" à l'actualisation d'une d'une totalité psychique à la fois personnelle et transpersonnelle. On entend par transpersonnelle en matière de psychologie , ce qui est ressenti comme dépassant la conscience ordinaire, comme la vision archétypal. La psychologie personnelle par déduction relève du conscient, c'est-à-dire du "moi."
Comme dans la vie le conte utilise des demi-vérités pour mieux nous aider à nous interroger. Ce sont les ombres qui suggèrent la lumière, les parties lumineuses qui définissent les côtés sombres et cachés de l’âme.

Les "demi- vérités" du conte , souvent utilisée dans la vie courante, nous incitent à nous questionner pour savoir si nous avons bien réuni toutes les informations qui nous seront utiles, et à être vigilant non seulement sur ce qui nous est dit, mais aussi sur ce qui n'est pas dit.
La notion de demi-vérité représente un côté ambivalent propre à semer un peu de confusion tout en ayant l’air crédible. C’est un savant mélange qui révèle un e côté sournois et malin , comme de faire miroiter les avantages d'une situation en négligeant de parler de certains risques est une demi-vérité.C’est aussi le genre d'attitude de manipulation propre aux personnes qui pèsent ce qui leur semble bon à dire en omettant le reste pour obtenir gain de cause . La simplicité , la facilité ... La demi vérité : " .. maximum de gain avec minimum d'effort , c'est simple.....Richesse , célébrités, connaissances plaisirs infinis ?... Promettre de grandes choses , Faire miroiter un grand profit , séduire .... En omettant les difficultés et obstacles à venir.


Passons à présent au conte du perroquet blanc !


Les personnages
Le chevalier « blanc »
Un riche et valeureux seigneur partit guerroyer et servir son roi . C’est un homme intègre qui prête de bonnes qualités à son entourage.
Il a laissé seule sa jeune épouse enceinte de leur premier enfant, sous la garde et la protection du fidèle intendant du château.
En ce temps-là un dignitaire ne pouvait déroger à son devoir et à sa dignité , sans risquer de perdre son rang et son autorité si l’ennemi gagnait en son absence. En quelque sorte il n’avait guère le choix de rester auprès de sa jeune épouse.
L’épouse fidèle
Rien ne nous empêche de penser qu'elle est douce et aimée tendrement par le valeureux chevalier, qui a grande hâte de rentrer de la guerre avant la naissance de leur enfant.
L’intendant « noir »
L’intendant représente la part d’ombre de chacun(e) ..
La lâcheté, la trahison , la bassesse, la dissimulation sont sa vraie nature, qui est vénale. D'où son esprit malveillant.
L’ intendant est orgueilleux et envieux. Sa blessure d’amour propre ,après avoir été repoussé par l’épouse du seigneur , va le conduire à faire disparaître des enfants innocents. Le personnage est insensible et sans cœur.
Des pulsions égoïstes le gouvernent qu’il cherche à dissimuler en faisant agir un tiers (la sorcière) . Il est incapable de commettre un crime par lui-même, et cherche une solution alternative. Il est sans doute conscient des pouvoirs des enfants, et qu'il ne serait pas en mesure d'en assumer la charge.

Les jumeaux (garçon et fille) « Etres de lumière »
L'étoile sur le front est une marque, une distinction. Pour signifier que ces enfants ne sont pas comme les autres. Les étoiles représentent la lumière et nous guident dans l'obscurité. Elles sont la marque du ciel , de quelque chose de haut et grand et infini . Les étoiles que les enfants portaient au front, était un signe distinctif, qu'ils étaient un don de Dieu.
Ces enfants sont des êtres d'exception, des êtres spéciaux, « hors normes », possèdant des pouvoirs extraordinaires..
Ces étoiles sont reliées au monde céleste, l'étoile étant un signe puissant et magique, d'où les précautions prises par ce couple afin de les dissimuler pour qu'ils ne soient pas reconnus, voir en danger.
Au début de l’histoire il n’y a rien de remarquable dans l’attitude de la petite fille qui ne résiste pas à une envie insufflée par la sorcière d’embellir le jardin, de posséder toujours plus de beautés et de richesses, comme un manque qu'elle veut absolument assouvir. C’est la stimulation du désir d’obtenir quelque chose de beau pour soi au détriment de tout le reste, malgré le refus de son frère la fillette insistera ne tenant aucun compte de l’avis de celui-ci. La sorcière sollicite le côté totalement égoïste de la petite fille et tente (peut-être) de la pervertir .. Elle se laisse mener par son caprice , sans réfléchir ni se rendre compte de la manipulation exercée par la sorcière. Elle devient hors d’elle-même de ne pas avoir ce qu’elle désire .
Le garçon parvient à trouver la source de l’eau d’argent. On devine que le garçon est courageux, réfléchi et décidé. Il désire plaire à sa sœur , tout en désapprouvant sa lubie.
Il y a pour le garçon une notion de parcours initiatique (et dangereux), de « gardien du seuil » (le lion) dans cette recherche des « eaux d’argent » et en même temps la sorcière pensait que l’enfant n’avait aucune chance de sortir vivant de cette aventure.
S'il est bien évoqué une direction indiquée par la sorcière, elle ne doit pas être de nature physique, mais faisant appel aux sens de l'intuition. La suggestion de la direction à prendre est peut être , par déduction et analogie avec l’eau , celle de la source d’une rivière. Le garçon a sans doute à traverser une forêt épaisse indiquant par déduction la direction à prendre, car dissimulant la source à sa vue de là où il part.

La sorcière « maléfique »
La stratégie de la sorcière ressemble à celles d’autres sorcières (celle du conte de Blanche-Neige, par exemple) qui n’a pas suffisamment anticipé le pouvoir de pure magie (blanche) des enfants qui sont purs.. La pureté dépasse toujours en puissance tout stratège tourné vers l’ombre.
La stratégie de la sorcière est de faire agir les enfants par eux-mêmes , en les influençant et les manipulant, et parvient à leur faire croire à de faux manques ou de faux besoins. Elle n'a pas sur eux de contrainte physique extérieure. Il s’agit d’une autre force, mentale, intérieure.
Stratégie de la sorcière : la séduction , elle complimente , se montre admirative pour la mettre en confiance...elle flatte la jeune fille pour réveiller son ego , son désir d'avoir une maison encore plus belle . La sorcière flatte la fillette sur sa jolie maison pour la mettre à l'aise mais suscite chez elle le désir d'avoir une fontaine aux eaux d'argent.
Elle a réfléchi à ce qui manquait dans cette maison et qui serait assez tentant de susciter un très fort désir chez cette petite fille, de la sortir du conscient vers l'inconscient, du réel à l'imaginaire, d'une simple fontaine à une aux eaux d'argent. C’est une stratégie astucieuse , puisqu'elle a fonctionné dans un premier temps. Le désir, stimulé par la sorcière auprès de la petite fille est , comme pour sa première tentative, d'intérêt financier, car je suppose que l'intérêt financier est facile à comprendre par tout le monde. Cela peut se voir , s’évaluer et se compter.
La sorcière se mordit les lèvres comme pour se punir de n’avoir pas pu faire aboutir son plan car elle avait échoué dans sa tentative de supprimer le jeune garçon . Dépit: le plan de la sorcière a échoué , les enfants on été plus malins qu'elle . Elle se mord les lèvres pour ne pas montrer sa déception et garder le contrôle sur elle même et les enfants en leur tendant un nouveau piège. De se mordre les lèvres fait partie des gestes involontaires qui nous trahissent. Souvent de se mordiller les lèvres signifie un signe d'anxiété et de malaise, pouvant se traduire chez cette sorcière d'avoir peur que la situation lui échappe, de ne pas réussir à parvenir à ses fins.

Le vieux « sage »
Ce vieil homme est un sage mit par la providence sur le chemin des enfants .Les paroles du vieil homme sont bonnes car elles mettent en garde utilement le garçon. Ce vieil homme donne de bons conseils, appropriés à la situation. On ne peut en déduire par ce seul exemple que le vieil homme est rempli de bonté à l'égard du garçon ou de toute autre personne ...
On pourrait se demander si ce n'était pas un autre visage de la sorcière sur le parcours s'assurant que le garçon ne se perdra pas et irait au bout de la mission, comme un relais. Toutefois, comme ce vieil homme donne de bonnes indications, ce sont les cieux qui lui ont parlé à l'esprit, et cet homme représente le bon ange gardien.
Le vieil homme n'empêche pas le garçon d'avancer vers son but , car il considère qu'il en est capable. Il lui donne la stratégie et le prévient du danger et des obstacles . L'enfant a l'occasion de choisir , et de se mettre à l'épreuve. Cet homme se montre juste et bon.

------------------------------------------------------------------------------------------
Les objets

Le coffre de verre
Le coffre en verre est transparent . Il laisse voir l'intérieur. Le verre est le symbole de la finesse, de la fragilité et de la transparence.
D'avoir mis ces enfants dans un coffre de verre ne signifie pas qu'il désirait leur mort, mais bien qu'ils soient transportés vivants, autrement pourquoi cette attention particulière ? On pourrait y voir une manifestation de la conscience de l'intendant qui le titillait, comme un restant d'humanité.
Il y a une idée de secret, de magie, de pureté, de trésor .Le coffre de verre fermé est aussi un lieu de confinement et d'étouffement. On comprend que les petits enfants retenus prisonniers sont en danger de mort , incapables d’en sortir par eux-mêmes et livrés à la destinée. Assassiner les enfants est pour l'intendant trop violent, ce n'est pas sa nature de commettre un tel acte et n'assume pas cette décision qui relève finalement des conséquences de son égoïsme . il choisit une mort plus douce et habillée d'une enveloppe précieuse : le verre laisse passer la lumière , la lumière qui se trouve a l'intérieur représentée par les enfants et la lumière venant de l'extérieur .. Le verre par sa transparence permet de voir et d'être vu , il n'enferme pas . Il est hermétique mais peut néanmoins se briser... Le coffre de verre témoigne de son reste d'humanité , de sa fragilité. Le coffre de verre symbolise le fait de s'en remettre au destin .

La fontaine aux eaux d’argent

Cette notion d'argent dans ce conte de fée est surprenante, mais en fait, en y regardant à plusieurs fois, c'est peut être plus que cela, il serait question d'intensité émotive qui s'exprimerait à travers les différentes promesses de la sorcière.



176 appréciations
Hors-ligne
Merci Shoshana, vraiment super intéressante ta synthèse, à lire absolument par tous....
" Nous avons besoin les uns des autres. L'être humain n'est pas fait pour s'isoler, mais pour partager. "

70 appréciations
Hors-ligne

86 appréciations
Hors-ligne
Super Shoshana

15 appréciations
Hors-ligne
Mo aussi je dis waaaao , merci Soshana , c'est super ce résumé avec toutes nos idées réunies s'ajoutant les unes aux autres !..:)

42 appréciations
Hors-ligne
:1m:

86 appréciations
Hors-ligne
coucou Audrey (c Rachel ;) ) très heureuse de te retrouver ici avec nous

42 appréciations
Hors-ligne
Coucou Rachel!
Heureuse de pouvoir t'apercevoir à travers d'un prisme commun.
Les voiles sont douces et je nous souhaite un bon vent.
bébé heureux

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 20 autres membres